Chalet de Savolayre

 

Présentation

 

Le chalet de Savolayre est situé en bordure du domaine skiable des Portes du Soleil, isolé en pleine nature, sur les hauteurs du village de Morgins. Exposé plein sud, à l'altitude de 1655m, notre chalet est idéalement placé, face aux Dents du Midi.

Bien que construit en 1929 pour être le chalet des skieurs du Club Alpin de Monthey, il y dégage encore l’atmosphère et les charmes d’antan. Par plusieurs étapes d’amélioration et d’agrandissement, il offre à ses occupants un modeste mais agréable confort avec un équipement assez récent et fonctionnel. 

Que ce soit pour une semaine de vacances en groupe ou durant un week-end entre amis pour faire la fête, une trentaine d’occupants peuvent y séjourner. Pour un repas de famille à la journée, nos terrasses peuvent accueillir en extérieur une soixantaine de personnes.

Au rez, vous trouverez  un réfectoire équipé d’un fourneau à bois. la cuisine est entièrement équipée avec de spacieux plans de travail, un plan de cuisson à gaz de 6 feux et un potager à bois. Il y a aussi une chambre pour 4 personnes en couches superposées. Les sanitaires, équipés de 2 wc et d’une douche, sont attenants au hall d’entrée du chalet.

Au 1er étage, 31 personnes peuvent dormir dans les 4 dortoirs de 5 à 14 lits, équipés de coussins et de couvertures.
Les dortoirs sont nouvellement équipés de duvets et coussins nordiques. Pour la propreté de la literie et votre hygiène personnelle, l’utilisation d’un sac de couchage léger ou ‘’sac à viande’’ est obligatoire.

A l’extérieur, une magnifique et grande terrasse en bois, remplacée durant l’été 2015, offre à ses visiteurs une superbe vue sur les Dents du Midi. Une deuxième terrasse à l’Est du chalet possède un grand BBQ à double foyer. 

Côté énergie, le chalet est entièrement chauffé par des fourneaux à bois, l’électricité est produite par panneaux solaires, le plan de cuisson et l’eau chaude sont à gaz et l’alimentation en eau est issue d’une source.

 


 

Accès

 

En été, les véhicules peuvent être parqués à moins de 5 minutes à pied du chalet. Attention, la route d’accès est interdite à la circulation de mi-novembre à avril.

L’accès en hiver est possible en ski de piste, en ski de randonnée, en ski de fond ou encore en raquettes à neige. Pour un long séjour, les bagages peuvent être transportés jusqu’au chalet par une dameuse à neige (réservation obligatoire auprès des remontées mécaniques de Télé-Morgins plusieurs jours à l’avance et frais en sus). 

Pour chaque location, un ’’gardien’’ effectue avec le responsable du groupe l’ouverture et la fermeture du chalet, donnant les consignes et instructions à son fonctionnement.  

Géographiquement, le chalet se situe aux coordonnées suivantes :

556’680/119'800 (CH1903)          ou           46’13’’41.6°N / 6’52’’37.8°E         à  1655m d’altitude

Plusieurs documents sont disponibles en téléchargement à droite de cette page. Ils concernent les accès en été comme en hiver, le panier à bagages, règlement, procédure de réservation, etc.

 

 


 

Activités aux alentours

 

Durant l’hiver: ski de piste sur le domaine skiable de Télé-Morgins et des Portes du Soleil avec ses 650 km de piste, randonnée à ski, promenades en raquettes, ski de fond à Morgins et à Champéry, piscine thermale aux Thermes Parcs de Val d’Illiez.

Durant l’été: de nombreux sentiers pour randonnées pédestres parcourent la région, le VTT se décline sous toutes ses formes dans le domaine des Portes du Soleil, escalade et via-ferrata dans la région de Champéry, les Crosets et Châtel (F), piscine en plein air à Morgins, Aquaparc au Bouveret, Thermes Parcs de Val-d’Illiez, le moulin de la Tine à Troistorrent, Labyrinthe Aventure à Evionnaz, Mines de Sel à Bex, FunPlanet à Villeneuve, Point Sud (parcours acro-branches) et Chèvrerie à Champoussin, Grotte aux fées à St-Maurice, musée Pyromin à Corberier, Musée de la vigne et du vin à Aigle, Galeries Défago à Champéry. 

Plusieurs compagnies de guides et / ou d’accompagnateurs en randonnée (à pied ou en raquette) sont à votre disposition dans la région.

 


 

Tarifs de location (en CHF)

 

Location du chalet pour la journée 

Uniquement pour une occupation à la journée ou
en supplément lors d'un séjour prolongé au-delà de 12h, après la dernière nuit.
Peu importe le nombre de personnes    150.-

 

Location du chalet par nuitée 

                Tarif minimum de 250.- / nuit

Non-membre CAS

- Adultes (dès 16 ans)          22.- - Enfants (de 6 à 16 ans)      14.-
Membre CAS  
- Adultes (dès 16 ans)          12.- - AJ et OJ (de 6 à 16 ans)      6.-

Taxes de séjour (pour chaque nuitée uniquement)

- Adultes (dès 16 ans)          1.-

- Enfants (de 6 à 16 ans)      0.50

Remarques :

- La taxe de séjour n’est pas incluse dans le tarif de la nuitée et doit être payée en sus. Elle sera rajoutée à la facture finale et sera transmise à l'office du tourisme de Morgins (commune de Troistorents) par nos soins.

- sont exonérés de taxe de séjour : Les habitants de la commune de Troistorrents
  Pompiers, militaires, PC, service commandé
  Participants à un cours Jeunesse+Sport déclarés

 


Formulaire de contact

Fixe ou mobile (de préférence)
 

Photos

    

    

    

    

    

    


Historique du chalet

C'est en février 1928 que naquit l'idée toute petite d'un chalet pour skieurs. Notre « Chez Nous» sera chose faite l'an prochain puisque le comité et une commission de 4 membres est formée pour mener à bien cette entreprise. La première question fût ? Où faut-il construire? De nombreuses démarches furent alors entreprises car qui voulait vendre du terrain à un prix abordable? Finalement il s'est trouvé une âme charitable en la personne de M Yve Berthoud qui, sans plumer à vif le groupe, céda le terrain nécessaire à la construction. L'assemblée du 24 août 1928 approuve le plan financier et adjuge les travaux à l'entreprise J. Berrut et Rouiller de Troistorrents pour le prix de 12 800 francs.

Le 29 septembre 1928 a lieu le piquetage du terrain et le 14 octobre, une quinzaine de clubistes transportent de Morgins à Savolayre, les 436 m. de tuyaux pour la canalisation d'eau.

Rappelons que les plans de la construction ont été conçus et établis par M. A. Meylan. Le 29 janvier 1929, l'acte d'achat de 480 m2. de terrain à 1 fr. le m2 est notifié.

Dès lors, depuis début mai, les travaux reprennent. Savolayre est un lieu de pèlerinage. La plupart des membres consacrent tous leurs loisirs aux corvées fort nombreuses. Au début septembre, le chalet est déjà sous toit et presque complètement installé. Et les membres font connaissance de leurs futurs voisins, les Chorgues.

A l'assemblée de septembre choix du nom du futur chalet, Savolayre l'emporte sur le Mazé, et répétition de chant en vue de l'inauguration qui est fixée au 6 octobre 1929. Le caissier Paul Herzog réussit le tour de force de réunir par petits dons, la somme de 15’510 fr. 15. Il Y eut plusieurs généreux donateurs anonymes dont l'un donna 2000 fr. tandis qu'un autre fit un prêt de 5000 fr. L'inauguration eut lieu comme prévu, le 6 octobre, et une foule évaluée à 500 personnes assistait à cette manifestation. Le président du groupe Th. Musy, le révérend père Gélase et le président de la section Monte Rosa, André de Rivaz, furent les principaux orateurs de cette journée. Le chœur des clubistes, l'Alperësli, un groupe de l'Harmonie et l'Echo de Savolayre, fille légitime de l'Harmonie, agrémentèrent cette belle et mémorable journée. Dès lors, dans l'attente de la neige, les skieurs du groupe se réjouissent du moment où la porte du chalet s'ouvrira.

Pour éviter certains abus et désordres, Aug. Jeandet est nommé chef de chalet de 1936 à 1938. Depuis lors, MM. Meylan en 1939, Jos. Boissard de 1940 à 1945, Wiederkehr en 1946-1947, H. Dobler de 1948 à 1952, puis D. Devanthey en 1953-54-55, Massmünster de 1956 à 1962, C. Barman en 1963, A. Buttikofer jusqu'à fin 1968 et depuis 1969, Gaston Martin, furent les responsables de l'ordre et de l'entretien.

Le chalet a besoin qu'on lui apporte des aménagements et des transformations. C'est ainsi que de nombreuses modifications et réparations se font chaque année.

Le 20 août 1949, 20ème anniversaire, fêté en présence, de 200 personnes. Le comité d'alors avait, en prévision de cette fête, fait monter 400 bouteilles des caves de l'Etat. En 1954, achat de 965 m2 de terrain, la propriété passant ainsi de 480 à 1445 m2. Pour le 25e anniversaire, fêté le 3 octobre 1954, 300 personnes s'étaient donné rendez-vous, et tous les participants gardent encore le souvenir de cette mémorable journée. En 1958, formation d'un comité d'études en vue d'une nouvelle transformation du chalet, devis se montant à 5800 francs. Comme travaux importants, citons l'agrandissement du chalet côté est, cuisine entièrement rénovée. A cette occasion, le comité de section nous alloue un subside de 1000 francs. Le chalet fête ses trente ans d'existence le 30 septembre 1959. Durant les années 1960 à 1962, la conduite est totalement changée. Les 7 et 8 novembre de la même année, un ouragan dévaste la région et notre chalet subit d'importants dégâts estimés à 10000 francs. Dès le printemps suivant, grâce à la collaboration de nombreux clubistes les travaux urgents tels que toit et cheminées seront terminés à la fin de l'été. 1969 sera une année record car le chalet est occupé durant toute la bonne saison par les familles de nos membres. Près de 200 personnes se retrouvent le 14 septembre, pour la manifestation du 40e anniversaire qui, malheureusement, s'est déroulée par un temps quelque peu maussade. 1970 sera une nouvelle étape dans les aménagements intérieurs. Des dortoirs sont entièrement remis à neuf et le nombre des couchettes augmenté. Le chalet est actuellement bien tenu et accueillant.

Des milliers de clubistes ont passé au chalet ou dans les environs et dans des buts divers: pensons seulement aux innombrables et merveilleuses courses à ski, aux randonnées d'été à la recherche de champignons toujours plus rares. Ou encore à la période de la guerre où de nombreux soldats ont trouvé refuge au chalet, aux sociétés ou groupements qui viennent, été comme hiver. Après tout cela nous sommes certains que la construction du chalet de Savolayre n'a pas été une vaine fantaisie mais qu'au contraire notre chalet est devenu, à l'heure actuelle, un objet d'orgueil et de contentement. Nous le devons aux promoteurs et à tous les membres et ils sont nombreux, l'énumération serait fort longue. Aussi, de peur d'en oublier, nous les remercions tous en bloc, d'avoir réalisé une si belle œuvre.

« Vive Savolayre ! »

 

Préposés au chalet :

1936 - 1938 : M. Auguste Jeandet

1939 - 1939 : M. Albert Meylan

1940 - 1945 : M. Joseph Boissard

1946 - 1947 : M. Jacques Wiederkehr

1948 - 1952 : M. Hans Dobler

1953 - 1955 : M. Denis Devanthey

1956 - 1962 : M. Henri Massmünster

1963 - 1963 : M. Clovis Barman

1964 - 1967 : M. Albert Butticofer

1968 - 1972 : M. Gaston Martin

1973 - 1980 : M. Pierre Schönbett

1981 - 1984 : M. André Favre

1985 - 1993 : M. Pierre Schönbett

1994 - 1998 : M. Gérard Contesse

1999 - 1999 : M. Daniel Hennard

2000 - 2000 : M. Daniel Lozet

2001 - 2003 : M. Michel Berger

2004 - 2012 : M. Alexandre Lagger

2013 -         : M. Pascal Berra

 

Savolayre, mon amour

en hommage au 30 ans du chalet

par Solange Bréganti

Dans le tissage, tantôt gris, tantôt rose, de nos jours, ça et là quelques fils de lumière viennent en faire chanter la trame; Savolayre est de ceux-. De ces lieux miraculeux qui vous prennent le cœur dès la première approche, si profondément que ni l'éloignement, ni me la cendre du temps ne parviennent à en ternir l'enchantement.

Savolayre ... une mosaïque de souvenirs, commencée il y a quelque trente ans, dont les multiples éléments s'imbriquent avec tant de fantaisie et de continuité, qu'elle en devient palpitation de vie, battement de cœur. Savolayre ... un nom parfumé au vent vert, à l'humus tiède, aux fougères frissonnantes, dont la seule évocation ouvre la porte aux sortilèges et abolit le temps.

Voici que les images accourent en foule du fond de la mémoire, recréant l'intensité d'un moment, et ramenant soudain les ombres à la lumre. C'est le chalet sous la neige; la porte qui s'ouvre sur la chaleur, le sourire de l'accueil, le brouhaha joyeux des voix, les odeurs mêlées du bois de sapin, de potage en sachet... et de chaussettes fumant au-dessus du poêle, flagrances familières qui nous semblaient délicieuses lorsque nous émergions du froid coupant comme un silex.

C'est lpopée, aux rocambolesques périties, de la montée dans le «car» brinqueballant de Gustave, dispensant à profusion ses odorantes bouffées d'essence, renâclant à l'effort et faisant varier l'horaire au gde ses haltes, pour finalement réquisitionner les bras valides dans l'attaque des rampes. Les épisodes tragi-comiques des ascensions nocturnes lorsque, insouciants fêtards, nous avions laissé nos ... forces vives dans quelque bistrot de Morgins. Le « carnotzet» chauffé à blanc dans le chalet battu par la tempête; les interminables parties de cartes, l'endurance des joueurs ne cédant à la réprobation des dormeurs que lorsque la contestation cessait d'être pacifique.

C'est aussi les yeux d'aigue-marine de Monsieur Meylan faisant le tour des hôtes, comme pour un recensement de l'amitié; sa silhouette de solitaire s'amenuisant dans les lointains étincelants. Le rire cassé mais juvénile de Monsieur Tissot, la parole feutrée de Monsieur Abbegg, le visage recuit aux soleils de l'Alpe des frères Voisin et leur gentillesse proverbiale. Les « télémarks » de Monsieur Burkhardt, dessinant leurs arabesques dans la poudre de soleil et les fleurs de gel. C'est encore Otto, méditant sa prochaine farce derrière l'écran trompeusement innocent de son regard d'émail.

Et puis c'est Savolayre l'été ... Les aubes de solitude dans l'incomparable transparence de l'air : les clochettes des vaches remplaçant, sans nulle intention sacrilège, le tintement de l'angélus. Les branches des sapins secouant leur nuit sur la dentelle des fougères, l'or pâle d'un nid de chanterelles au creux des mousses emperlées.

La saveur des midis de partage et d'amitié dans les plus hétéroclites mélanges de provisions collectives; la fraîcheur de source du Fendant, les rires et les chants du temps de l'insouciance.

Les soirs de sérénité, quand cédant devant la montée violette des brumes, le soleil désertait à regret les pâturages couleur de miel. Et, parmi tant d'images émouvantes ou joyeuses, cette inoubliable assemblée du Club Alpin du 1er août 1946, où après les manifestations bruyantes de la fête, s'installa soudain un silence sans faille, une communion si parfaite que le choc d'un mot eût été comme une blessure. Tandis que là-haut, pareilles à une main géante levée vers la voûte de cristal, les Dents-du-Midi cueillaient les premières étoiles.